Rencontres

[Auteur] Jean Roger GEYER

C’est par le biais de mon travail que j’ai fait cette rencontre et je pensais qu’il serait intéressant pour vous, lecteurs et peut-être écrivains, de découvrir le parcours de l’un des vôtres. Je vous laisse juge et vous souhaite une bonne lecture!

C.

Monsieur GEYER, vous êtes écrivain depuis plusieurs années, pourriez vous nous indiquer quel est votre parcours?

JRG: En réalité je n’ai pas de parcours. J’ai voué ma vie à l’écriture depuis mes débuts dans la collection d’avant-garde Le chemin chez Gallimard et j’ai beaucoup écrit pour tenter de répondre à un destin qui m’échappe. Je veux dire que, à un moment donné, l’œuvre va au devant de la vie et l’incarne.

Quelle est la vie d’un écrivain « à plein temps »?

JRG: Un écrivain à plein temps comme je le suis est à la fois en quête de tout, de sa vie et de ce qui l’entoure, pour ne rien laisser échapper dans son attention à tout vivre en même temps.

Vous écrivez également des essais, cela vous correspond plus?

JRG: Après avoir privilégié des récits d’auto-fiction et surtout le lyrisme, je pense qu’un essai répond davantage à une nécessité. Un écrivain digne de ce nom a un devoir de conscience. Il y a beaucoup à penser des événements de ce monde. Il faudrait que chaque essai soit une voix pour tenter de tracer une voie.
Dans « Paris la honte« , vous dénoncez la misère humaine dont vous avez été témoin, vous interpellez: pensez-vous qu’être écrivain c’est forcément être engagé ?

JRG: Ce qui fait qu’on ne peut pas ne pas s’engager et écrire en conscience. Paris la honte est un J’accuse adressé aux élus à la manière de Zola, resté sans effet. Mais pour autant que j’ai pu voir et entendre de ceux qui survivent dans la rue à Paris, je me devais d’écrire une réflexion forte face à une situation grave. Il ne s’agit pas d’engagement politique à proprement parler, Pas davantage humanitaire mais bien plutôt humain. Ecrire c’est être attentif à l’autre. Peut-être même le servir.

Quels seraient les conseils que vous donneriez à un écrivain débutant?

JRG: Les conseils à un écrivain début? Je serai tenté de dire aucun. Pour qu’il soit libre d’écrire ce qu’il est et ce qu’il veut. Sans doute aussi de ne se conformer à rien et de craindre par dessus tout, « le bien écrire » étant la pire des choses. Il faut écrire vrai plutôt que bien. Dans la nécessité. C’est à ce moment là que le sens résonne.

Enfin, pour vous « écrire c’est… » ?

JRG: Ecrire? C’est agir. Ou bien rêver le plus haut possible.

 

2 réflexions au sujet de “[Auteur] Jean Roger GEYER”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s