Humeur

La passion des mots

16831604_10212324186005604_1889040074_n

Bonjour à tous! Nouvel article en ce dimanche midi, consacré à la passion des mots.

D’où vient cette envie de passer tout un weekend à tourner frénétiquement les pages d’un livre pour, au final, finir frustrée de le terminer si rapidement?

Honnêtement, petite, je n’aimais pas lire, et encore, c’est un doux euphémisme: je détestais la lecture! Mais j’étais disposée à finir par aimer cela. Pourquoi?

Mes grands-parents d’abord. Depuis toute petite, ma grand-mère maternelle a mis un point d’honneur à me faire apprendre par cœur les fables de La Fontaine, dont la fameuse « Le corbeau et le renard ». Petite précision: j’avais cinq ans. Maîtriser parfaitement le français était pour elle un impératif, une condition sine qua non de réussite, elle qui a dû apprendre cette langue sur le tard mais l’a aimée avec passion. Mon autre grand-mère adore également la lecture et les ouvrages de la photos ci-dessus m’ont été offerts par elle.

Mon institutrice de primaire, ensuite. Car oui, beaucoup d’instituteurs sont passionnés par leur profession et ont à cœur de transmettre tout ce qu’ils peuvent à leurs têtes de mule d’élèves. Petite, j’étais du genre tenace, et j’avais décidé que le professeur n’avait pas grand chose à nous apprendre… Puis un jour, en CM1 (précision ultra importante n’est-ce pas?), je suis tombée sur plus têtue que moi: « tu vas lire ce livre et tu feras un compte rendu devant la classe« . Coup de pression: qu’allais-je dire à mes camarades si je ne lisais pas ce fichu bouquin?

Ce livre c’était les malheurs de Sophie, emprunté dans la petite bibliothèque qui longeait le couloir devant la salle de classe. Au fil des pages, j’ai adoré. Lorsque plusieurs semaines plus tard j’ai rendu le livre à cette instit’, elle ne m’a pas fait passer devant la classe. Elle m’a simplement regardée en souriant et a voulu connaître mon opinion sur cette lecture. J’ai alors voulu savoir si je pouvais en emprunter un autre. Depuis lors, je n’ai plus jamais arrêté. Plus tard, au lycée, j’ai eu la chance d’avoir des professeurs qui ont cru que je pourrai faire quelque chose de ma vie, avec un peu de persévérance.

Ma mère, enfin. Elle lit, je pense qu’elle aime ça, mais ce n’est pas en ce sens qu’elle a éveillé mon envie de lire et écrire. Dès toute petite, j’ai été baignée dans un monde artistique, entourée de peintures, pinceaux et toiles accrochées un peu partout. J’ai essayé, par mimétisme, de m’improviser peintre mais, à mon grand désespoir, je n’ai absolument aucun talent! Peu importe. J’ai vu la frénésie que peut provoquer une passion chez quelqu’un. J’ai mis du temps à comprendre pourquoi elle s’enfermait parfois dans une sorte de bulle de laquelle tout le monde était exclu; jusqu’à ce que mes mains trouvent « les mots », cette matière que j’apprends à travailler et qui éveille en moi ce même engouement. Quand je lis, ou quand j’écris, moi aussi je suis coupée du reste du monde.

scan0001

Alors je me dis, une passion tient à peu de chose. Pour ma part, des rencontres, des volontés individuelles qui ont cru en moi. Si tous ont joué un rôle important, je sais que pour beaucoup ce n’est pas toujours le cas: critiques négatives, remarques qui vous tirent vers le bas… autant de choses qui sont difficiles pour un jeune qui commence à peine à construire son avenir.

J’ai eu cette chance: rencontrer des personnes qui ne m’ont pas fait croire que l’intelligence ne revêt qu’une seule et unique forme et que si on s’en éloigne, on est forcément stupide. Au contraire. J’ai eu la chance de pouvoir choisir la voie que j’emprunterai, la passion qui serait mienne, et surtout choisir de quelle manière j’allais les exploiter, sans contraintes, ni jugements de valeur.

Finalement, peu importe ce qu’est votre passion, l’essentiel c’est de pouvoir la vivre à fond, comme on l’entend, et lui donner la dimension que l’on souhaite dans notre vie.

 

 

 

 

 

 

2 réflexions au sujet de “La passion des mots”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s